Mozart, Don Giovanni

Air du catalogue

Air du champagne

Textes de Kierkegaard

« Quelle est la force par laquelle Don Juan séduit ? C’est celle du désir : l’énergie du désir sensuel. Dans chaque femme, il désire la féminité tout entière, et c’est en cela que se trouve la puissance, sensuellement idéalisante, avec laquelle il embellit et vainc sa proie en même temps. Le réflexe de cette passion gigantesque embellit et agrandit l’objet du désir qui rougit à son reflet, en une beauté supérieure. Comme le feu de l’enthousiaste illumine avec un éclat séduisant jusqu’aux premiers venus qui ont des rapports avec lui, ainsi, en un sens beaucoup plus profond, éclaire-t-il chaque jeune fille, car son rapport avec elle est essentiel. Et c’est pourquoi toutes les différences particulières s’évanouissent devant ce qui est l’essentiel : être femme. Il rajeunit les vieilles de telle sorte qu’elles entrent au beau milieu de la féminité, il mûrit les enfants presque en un clin d’oeil ; tout ce qui est féminin est sa proie. […]
Écoutez Don Juan ; si, en l’écoutant, vous n’obtenez pas une idée de lui, vous ne l’obtiendrez jamais. Écoutez le début de sa vie. Comme la foudre sort des nuées ténébreuses de l’orage, ainsi s’élance-t-il des profondeurs du sérieux, plus rapide que la foudre, plus capricieux qu’elle et, pourtant, aussi sûr ; écoutez comme il se jette dans la richesse de la vie, comme il se brise contre son barrage inébranlable, écoutez ces sons de violon, légers et dansants, écoutez le signe de la joie, l’allégresse du plaisir, écoutez les délices solennelles de la jouissance ; écoutez sa fuite éperdue, — dans sa précipitation il se dépasse lui-même, toujours plus vite, de plus en plus irrésistible, écoutez les désirs effrénés de la passion, écoutez le murmure de l’amour, le chuchotement de la tentation, écoutez le tourbillon de la séduction, écoutez le silence de l’instant, — écoute, écoutez, écoutez Don Juan de Mozart. »

« Il faut une certaine conscience et une réflexion particulière pour faire un séducteur et, dès qu’elles sont réunies, parler de finesses, d’artifices et d’assauts rusés peut se justifier. Cette conscience fait défaut à Don Juan. Il ne séduit pas, mais il désire, et ce désir a un effet séducteur »

« La nature de Don Juan est musique. C’est comme s’il se décomposait devant nous en musique, il se déploie en un monde de sons. On a appelé cet air l’air du champagne et c’est, sans doute, très caractéristique. Mais il est important de comprendre que le rapport de Don Juan avec cet air n’est pas seulement fortuit. Sa vie est ainsi, mousseuse comme le champagne. »

« Il se hâte dans un perpétuel évanouissement — justement comme la musique, au sujet de laquelle on peut dire qu’elle est finie dès qu’elle a cessé de vibrer et ne renaît qu’au moment où elle recommence à vibrer »

« La vie de Don Juan n’est pas désespoir ; elle est toute la force de la sensualité qui naît dans l’angoisse, et Don Juan lui-même est cette angoisse qui justement est l’équivalent du démoniaque désir de vivre […] Lorsqu’on jette une pierre de façon qu’elle frôle la surface de l’eau, elle peut un certain temps ricocher légèrement dessus mais dès qu’elle cesse de le faire, elle s’engloutit immédiatement dans l’abîme, et c’est ainsi que Don Juan, joyeusement, dans son court répit, danse au-dessus de l’abîme »

Liens

À vous : que représente pour vous le personnage de Don Juan ?

Les commentaires sont fermés.